Une fille différente - Wanda Mixon

Mon blogue

Une fille différente

Une fille différente - Wanda Mixon

Quand j’étais enceinte de ma fille Carole, j’ai toujours eu l’impression qu’elle était différente de mes autres enfants. Je ne savais pas en quoi, mais je ne cessais d’avoir la certitude qu’elle était extraordinaire.  Quand elle avait deux ans, elle m’a dit qu’elle voulait que je lui coupe les cheveux. À 7 ans, elle m’a dit qu’elle voulait s’habiller comme son frère David et que les robes que je lui achète ne lui plaisent pas du tout. À 15 ans, elle ne se souciait pas de faire un traitement de l acné ou d’avoir la nouvelle robe d’été comme toutes les autres adolescentes. Elle jouait plutôt au football et roulait dans la boue.  Quand elle avait 22 ans, elle a quitté la maison pour devenir gérante dans un petit restaurant. Un jour, elle m’a appelé en m’annonçant qu’elle avait rencontré quelqu’un et qu’avec cette personne, elle vivait une histoire sérieuse et qu’elle voulait d’abord avoir ma bénédiction avant de passer à une étape plus sérieuse : habiter ensemble.  J’ai été contente d’apprendre la nouvelle, je les ai invités à passer un weekend chez nous, elle a accepté.  J’ai été plus qu’enthousiasmé d’entendre que Carole avait trouvé quelqu’un. Je me voyais déjà joué avec les petits-enfants qu’elle allait m’offrir, je craignais qu’elle devienne comme une de ses vieilles filles de mon quartier, aigrie et amers avec son caractère impétueux.  Le fameux weekend venu,  j’ai préparé un repas digne de l’évènement. Je me suis même mise sur mon trente-et-un et j’ai dit à mon mari de tondre le gazon. Bref, tout a été tiré à quatre épingles pour donner une bonne première impression au compagnon de Carole. Quand elle a sonné à la porte, avec mon mari, nous sommes allés ensemble pour ouvrir, elle était accompagnée d’une femme. Au début, je ne réalisais pas vraiment, j’ai cru que c’était une amie et que son compagnon allait nous rejoindre plus tard. Son amie s’appelait Marion, c’était une de ces femmes amatrices de moto et de tatouage. Je me souviens avoir pensé à ce moment-là : « où nous a-t-elle dégoté cette curieuse créature ». Quelques minutes après une discussion suivie de silence et de malaise,  Carole a décidé de prendre  la parole. Elle a dit à ce moment-là, je vous présente la personne avec qui je vais passer le reste de ma vie. Mon mari et moi étions tombés des nues, tous mes espoirs venaient de s’envoler. J’ai été tellement anéantie que je suis allée prendre mon souffle dans la salle de bain. Je me suis demandé ce que j’allais faire ou dire à l’instant puis je me suis ressaisi. Je me suis dit que je n’étais pas ce genre de personne, que durant toute ma vie, je me suis toujours efforcée de ne pas avoir d’apriori,  que j’ai toujours ressenti de la colère face aux gens qui n’acceptait pas la différence. Donc, je suis sortie de la salle de bain, j’ai pris Marion dans mes bras, je lui ai souhaité la bienvenue dans notre famille. Mon mari a fait pareil et je dois dire que le bonheur que j’ai vu dans les yeux de ma fille ce jour-là, je ne l’oublierai jamais.  Depuis ce jour, nous recevons Carole et Marion à souper une fois par semaine et je n’ai jamais été aussi proche de ma fille.