L’obésité, un problème psychique - Wanda Mixon

Mon blogue

L’obésité, un problème psychique

L’obésité, un problème psychique - Wanda Mixon

Ce fut en 1997, que l’obésité a été reconnue comme étant une maladie. Elle se manifeste par une masse adipeuse ou graisseuse très élevée, par rapport à la masse corporelle. Elle ne choisit pas sa cible, et peut toucher toutes les générations. Depuis qu’on l’a reconnu, elle est vite devenue un véritable fléau mondial.

Une faim gargantuesque

Je n’avais que quinze ans à l’époque où mes parents s’aperçurent que mon poids ne faisait ni mon âge, ni ma taille. Cette réalité sur mon problème d’embonpoint, était surtout dû au fait que je raffolais de friandises. Chaque fois que je me retrouvais seule, je ne pensais qu’à une chose, à savoir de trouver quelque chose à grignoter pour passer le temps. Je gardais toujours un sachet de sucreries dans l’une de mes poches, en cas d’urgence. Bien que cela puisse paraître bizarre, ce petit paquet bien caché me rassurait, peu importe où j’allais. En s’apercevant de mon besoin incessant de grignoter, mes parents ont commencé à s’inquiéter. Pour eux, j’avais vraiment un problème qu’il fallait solutionner au plus vite. Je ne m’en suis aperçu que le jour où j’ai passé une journée entière à pleurer pour une part de gâteau au chocolat. C’était celle de mon père que j’avais déjà demandé la veille, et qu’il avait refusé catégoriquement même après une nuit entière de réflexion. J’avais moi-même fait une introspection après ce jour-là. Presque tous mes amis refusaient de faire équipe avec moi, et j’étais la risée de toute l’école avec tous les surnoms que l’on me donnait.  Décidément, il y a quelque chose qui n’allait pas. Je me suis levée de mon lit pour aller me mettre devant la glace, et c’est là que mes yeux se sont ouverts. J’étais vraiment obèse, et mon laisser-aller a pris le dessus sur ma vie. Je compris enfin que j’avais réellement besoin d’aide.

Une solution à adopter sans état d’âme

Depuis ce jour-là, j’ai pris mon courage à deux mains pour décider de mettre fin à cette folie de toujours vouloir manger. Bien sûr, il m’était impossible de freiner du jour au lendemain ma gourmandise, voilà pourquoi, mes parents ont choisi de faire appel à un nutritionniste. Il fallait commencer par l’étape la plus difficile : arrêter les séances de grignotage, et adopter un régime hypocalorique et amaigrissant. C’était le plus grand challenge de toute ma vie de jeunesse. Et pour le remporter haut la main, je me suis mise au sport. Faire des activités physiques variées m’aidait en quelque sorte à oublier ma faim, et en même temps, entretenir mon corps. Même le médecin de ma mère chargé de traiter ses varices laser était abasourdi des résultats comme quoi, rien n’est impossible avec une volonté ferme et de la persévérance.